>

Choisissez votre onglet

Equerre et Compas. png.png

Devenir Franc-Maçon, c’est surtout entrer dans une Fraternité profonde et désintéressée, en travaillant à la gloire du Grand Architecte De L’Univers, qui désigne le Principe supérieur, Créateur du Cosmos.

Ce vocable laisse donc une liberté totale, aux diverses Croyances, qui se côtoient et travaillent conjointement, en une communion sincère.

La Franc-Maçonnerie permet la réunion, dans une ambiance d’amour fraternel, de personnes qui, sans elle, n’auraient jamais eu l’occasion de se rencontrer et de s’apprécier ; Ingénieur, ouvrier, avocat, infirmière, directrice, tous s’appellent « Mon Frère...., ma Sœur ».

« Entrer en Maçonnerie », c’est accepter de laisser l’ordinaire derrière soi, afin de se confronter à plusieurs disciplines qui permettent de se construire ; Philosophie, sociologie, ésotérisme, théologie, histoire des civilisations, toutes matières qui peuvent être développées, mais toujours à son rythme et selon sa propre sensibilité.

L’objectif de la Franc-Maçonnerie est de donner un espace de réflexion, ordonné à des valeurs éthiques, aux hommes et femmes, qui souhaitent sublimer leur vie, en complétant, mais sans jamais la contredire, l’édification de leur vie familiale, professionnelle et personnelle.

C’est donc la réponse à un besoin de perfectionnement de soi, par un processus initiatique.

La Franc-maçonnerie n’est ni une armée, ni une Eglise, ni un culte, ni un parti, et surtout pas, une secte ; Elle est association Fraternelle.

Elle n’est qu’une méthode au service de l’homme ; méthode d’accès à la Connaissance par le travail, méthode d’accès par la Connaissance, à la liberté, (c-à-d, au pouvoir de décision et d’action).

C’est une voie initiatique qui permet de travailler sur soi, pour ensuite, rayonner sur la Société, et ce, pour la bienveillance du genre humain.

Son dessein, est d’élever l’Être humain dans ses qualités personnelles de sagesse pour le mettre en harmonie avec sa Vie, avec la Nature et l’Univers.

 

Un Franc-Maçon ne peut exister sans ses Frères, car son existence ne se résume pas à sa seule personne.

La Fraternité Maçonnique est véritablement à l’opposé de la valorisation narcissique que nous propose, tous les jours, notre société déshumanisée.

 

notre Obédience, bien que référencée à la CORSE, n’a pas pour orientation de n’accepter que des Corses ni, de ne travailler que sur l’Île.

cette filiation de nom a été voulue par les fondateurs Corses, en considération des qualités et vertus humaines décrites ci-après, et dont ils souhaitent qu’elles servent impérieusement de base, à notre jeune Obédience.

En Corse, Un habitant sur cent, 1%, est Franc-Maçon, alors que la moyenne nationale française est de 0,2%.

Pour cette raison nous ne souhaitons pas nous implanter sur l’Île, l’éthique ainsi que la quête spirituelle qui animent notre Ordre ne sauraient se porter sur une conquête de Territoire, et encore moins, sur un essaimage pléthorique de Loges.

Nous sommes présents sur le Continent et développons la Région Auvergne. 

     

…/…

Comment cesser d’être Franc-Maçon ? Il suffit de donner sa démission, sans même la motiver.

Pourquoi devenir Franc-Maçon, à notre époque ?

Pourquoi CHOISIR LA GRANDE LOGE MAÇONNIQUE CORSE ?

Capture corse.PNG

Une île…. dans la mer la plus bleue, surgie de l’eau, index pointé, nommée par les grecs de l’Antiquité ; Kallisté, « la plus belle ».

Corse, terre d’amour où se célèbrent les noces perpétuelles du Ciel et de la Terre, de la Terre et de la Mer, de la Mer et du Ciel, et comme dans toute histoire d’amour, cela ne va pas sans passion, sans violence et sans orages, ce qui amène le quatrième élément, le Feu.

Dans cet athanor, ces quatre éléments fusionnent en une alchimie révélant le berceau d’un peuple à très forte personnalité que, ni le temps, ni les hommes, n’ont altéré.

Île de Beauté, dont on affuble le Peuple de diverses épithètes ; individualistes, exubérants, nonchalants, hospitaliers, loyaux, fidèles en amitié, hommes d’Honneur, courageux, respectueux de leurs engagements et serments…. 

Ces valeurs fondatrices du Peuple Corse sont toujours très présentes dans l’île.

Le sens de l’honneur et le respect de la parole donnée ont forgé le sentiment identitaire de la population.

Mais pourquoi ce préambule, me direz-vous ?

Quel rapport avec la Franc-Maçonnerie ? 

Nous vivons dans un monde Maçonnique déshumanisé et désacralisé que de nombreux Francs-Maçons Accomplis rejettent.

C’est pour cette raison que des Frères, Régulièrement initiés, d’origine Corse et rejoints par des Frères du Continent, tous, sincères dans leur cheminement initiatique, se sont regroupés dans notre Ordre qui privilégie : l’honneur, la vérité, la sincérité, les valeurs humaines, la modestie, et surtout la rigueur et le respect de l’engagement pris, ce qui n’est plus qu’un pâle souvenir dans certaines sphères maçonniques !

Notre dessein n’est pas de considérer la Corse en tant que référence géographique, mais bien pour les valeurs de loyauté enracinées au plus profond de ses hommes et sublimées par ses Francs-Maçons célèbres, qui ont participé à l’essor international de l’Ordre Maçonnique Universel

                                                                                                                                     

Le Grand Maître avec son Premier Assistant Grand Maître et le Grand Chancelier 
03.08.2021

FRANCS-MAÇONS Corses, Célèbres.

Capture Paoli.PNG

Napoléon Bonaparte était-il Franc-Maçon ?

Toutes les hypothèses ont été formulées sur ce sujet et jusqu’aux plus folles !

Mais en dehors de ces supputations et légendes, quel était le véritable lien entre l’Empereur et la Franc-Maçonnerie ?

A l’époque de la naissance de Napoléon, la Corse compte de très nombreuses Loges Maçonniques dissimulées dans les coins les plus reculés de l’Île.

Dès ses plus jeunes années, Napoléon est entouré d’un cercle de Francs-Maçons, à commencer par sa famille, son père Charles Bonaparte et son frère, Joseph.

Napoléon Bonaparte grandira à l’ombre de son père Charles-Marie Bonaparte et de Pasquale de Paoli (Pascal PAOLI), deux grands Francs-Maçons Corses.

A leur contact, il grandira sous l’influence de la Franc-Maçonnerie.

Qu’il soit « Frère » ou non n’a peu d’importance car il aura, de toutes les manières, un regard plus que bienveillant sur notre Ordre.

Tous ses frères biologiques sont Francs-Maçons : Jérôme, Joseph et Louis et ceux-ci, devenus souverains d’autres pays, feront rayonner la Lumière Maçonnique sur toute l’Europe. Sa femme Joséphine, est également Franc-Maçonne.

A l’occasion de ses campagnes de guerre, il favorisera l’essor d’une Fraternité militaire. Les Maçons sont très présents dans l’armée Napoléonienne, et presque tous les Maréchaux d’Empire seront des Initiés.

Ils pratiquent leur Rite dans des Loges militaires. Ils se réunissent dans des tentes d’Officiers et façonnent une très grande fraternité, à l’instar des Légions romaines de POMPEE avec l’Ordre de Mithra.

Ils créeront cette réelle Fraternité, pour laquelle on jure de donner sa vie pour son Frère ; on jure de se porter atteinte à soi-même, si l’on ne respecte pas son serment.

Les historiens affirment que c’est en grande partie, grâce à cette Fraternité Maçonnique, couplée à l’engagement militaire que la Grande Armée a pu être ce qu’elle a été, une Union Sacrée, permettant ainsi à Napoléon de réaliser un grand dessein.

     Autre Franc-Maçon célèbre, Pasquale de PAOLI est né en 1725 dans une Corse sous domination Génoise.

La Corse étant secouée par de graves troubles depuis 1729, la famille Paoli doit s’exiler à Naples.

Pasquale PAOLI reçoit donc une instruction italienne mais qui ne l’empêche pas de rester Corse dans l’âme et de surveiller ce qui se passe dans son Île.

Pendant cette époque il recevra l’enseignement d’Antonio GENOVESI, titulaire de la première Chaire européenne d’économie politique et grand humaniste.

Très jeune, Pasquale de PAOLI est entouré de Francs-Maçons, il est érudit et se nourrit de lecture de Montesquieu et John LOCKE, tous deux Maçons.

Il revient en Corse, en 1755, à l’âge de 30 ans. Il fait voter une Constitution nationale Corse ; Constitution extrêmement moderne qui permet à la Corse d’être la première région du monde à posséder une démocratie moderne avant même la guerre d’indépendance américaine et la Révolution française.

Pasquale de PAOLI a le goût de la liberté, la haine de la tyrannie et de l’arbitraire qu’il dénonce dans le système politique français. Il fait partie du cercle des penseurs du 18ème siècle ; VOLTAIRE, ROUSSEAU, MONTESQUIEU et DIDEROT.

 « Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux » sont les premiers mots de la constitution Corse qu’il a instituée ; elle accorde le droit de vote à tous les citoyens, à partir de 25 ans, y compris aux femmes et aux étrangers non Corses.

George WASHINGTON et Thomas JEFFERSON s’en inspireront pour rédiger la Constitution des Etats Unis d’Amérique.

Les gazettes américaines de l’époque suivaient avec grand intérêt ce qui se passait en Corse ; pour elles, Pasquale de PAOLI était un héros.

Si l’histoire l’a oublié, la réalité des faits est indiscutable.

Après la bataille de Ponte Novu (mai 1769) et sa défaite militaire, Pasquale de PAOLI s’exile et quitte la Corse avec 550 de ses partisans, à destination de Londres.

Son combat est devenu célèbre à travers l’Europe, grâce au récit de notre Frère anglais, James Boswell (Account of Corsica).

Pasquale de PAOLI a mis en pratique toutes les grandes idées de la Franc-Maçonnerie de son époque et il est une leçon d’humanisme et de démocratie, dont les fondements peuvent se retrouver dans son inter-culturalité, son attachement aux idées développées tout au long de ce siècle des Lumières, ainsi qu’à ses relations d’amitié, tissées à travers toute l’Europe, et avec les Etats Unis d’Amériques naissants.

Vieille terre de Franc-Maçonnerie, la Corse a donné au Monde des Frères qui portent des noms aussi prestigieux que : Pasquale de PAOLI, Charles BONAPARTE et ses fils Jérôme, Joseph et Louis ; Antoine SALICETTI (Conventionnel de la Révolution française), Horace SEBASTIANI qui repose aux Invalides.

Tous ces personnages sont nos Frères.

Ils ont reçu la Lumière en nos Temples, les uns à Marseille ou Londres, d’autres à Livourne ou Naples (lieu de prédilection des Corses).

Il est également important de rajouter, qu’à cette époque de troubles, certains Frères transitèrent par la Corse ou vinrent y trouver asile : Philippe BUONAROTTI, Guiseppe MAZZINI, Guiseppe GARIBALDI…….

 

Tous ces hommes qui ont écrit l’Histoire avec un grand H, ont participé à la création de ce patrimoine maçonnique universel et nous ont légué, à travers leurs actes, l’amour du prochain, la fidélité, la loyauté et l’engagement personnel.